Fiche de cours : Kyste pinéal


Note

Voir tous les cas RADEOS associés à cette fiche de cours

Définition

Kyste bénin de la glande pinéale
Terrain : Femme jeune

Clinique

Asymptomatique le plus souvent (découverte fortuite).
Rarement :
- hydrocéphalie aiguë sus-tentorielle par compression de l’aqueduc de Sylvius
- céphalées lors de remaniements hémorragiques.
- Syndrome de Parinaud par compression de la lame tectale

Biologie

normale

TDM

Lésion isodense de la glande pinéale, ronde ou ovoïde, bien limitée, située en arrière de la lame tectale ou entre les veines cérébrales internes.

Calcification de la paroi du kyste dans environ 25% des cas

Hyperdensité si remaniement hémorragique.

Taille généralement <10mm mais peut mesurer jusqu'à plus de 20mm.

IRM

T1 :
Hypersignal homogène dans 55-60% des cas.
isosignal dans 40 % des cas.
Hypersignal de façon homogène lors de remaniements hémorragiques

T2 FSE :
iso ou hypersignal

T2 FLAIR :
Hypersignal modéré

T2* : isosignal ou hyposignal si remaniement hémorragique

T1 gado : rehaussement partiel des parois dans 60 % des cas

Diffusion : pas de restriction de l'ADC

CAT

Abstention thérapeutique le plus souvent

Drainage du kyste ou exérese par voie infratentorielle supra-cérébelleuse dans les cas symptomatiques.

Dérivation si hydrocéphalie.

Différentiels

Glande pinéale normale

Pinéocytome : composant solide plus important. Parfois seule la biopsie permet de faire le diagnostic

Kyste épidermoïde : moins régulier, hypersignal diffusion

Kyste arachnoïdien : pas de calcification des parois ni de rehaussement. Signal plus liquidien