Fiche de cours : Hydrosalpinx - Hématosalpinx - Pyosalpinx


Note

Fiche de cours mise à jour le 06/07/2011

Voir tous les cas RADEOS associés à cette fiche de cours

Définition

Hématosalpinx : Trompe(s) dilatée(s) de contenu hématique.

Salpingite : inflammation des trompes de Fallope s’intégrant dans la maladie inflammatoire du pelvis (Pelvis Inflammatory Disease ou PID).
La salpingite aigue est due à une infection ascendante par des germes provenant de la cavité utérine (endométrite associée fréquente), pouvant se compliquer de pyosalpinx (présence de pus dans la lumière tubaire), d’abcès tubo ovarien ou d’une péritonite aigue.

Hydrosalpinx : Trompe dilatée de contenu purement liquidien (à la différence de l’hémosalpinx et du pyosalpinx de contenu respectivement hématique et purulent)

Clinique

La présentation clinique de l'hématosalpinx est variable selon la cause : Grossesse Extra Utérine tubaire (GEU), Maladie Inflammatoire du Pelvis, endométriose, iatrogène (chirurgie, DIU,…), malformation congénitale (utérus unicorne),...


Salpingite - Pyosalpinx : Plus fréquent chez la femme en préménopause, partenaires multiples, DIU, ATCD de PID.
Douleur pelvienne voire abdominale, défense, fièvre, pertes vaginales sales, masse ou plastron à la palpation et/ou aux touchers pelviens

Hydrosalpinx : Asymptomatique le plus souvent. Infertilité.
ATCD de Maladie Inflammatoire du Pelvis (Pelvic Inflammatory Disease) : endométrite, salpingite, abcès tubo ovarien.

Biologie

Hématosalpinx : Beta HCG +++ pour éliminer une GEU

Salpingite - Pyosalpinx :
- Syndrome inflammatoire avec hyperleucocytose à PNN.
- Principalement Gonocoque et Chlamydia trachomatis, polymicrobien dans 30%

Radiographie

Salpingite : Surtout pas d’HystéroSalpingoGraphie (HSG) si doute sur une infection génitale haute non traitée ! Intérêt en l’absence de signe infectieux à la recherche de séquelles de PID en particulier dans un bilan d’infertilité.

Hydrosalpinx : Lumières tubaires dilatées avec obstruction tubaire distale et absence de brassage péritonéal à l’HystéroSalpingoGraphie (HSG). Risque de réinfection iatrogène des trompes lors du geste (antibioprophylaxie voire discussion de l’intérêt cet examen versus coelioscopie).

Échographie

Par voie suspubienne ET endovaginale.

HELATOSALPINX : Structure annexielle dilatée à contenu liquidien hétérogène, uni ou bilatérale. Rechercher selon le contexte une masse annexielle associée (GEU tubaire ?) et un hémopéritoine.

SALPINGITE - PYOSALPINX : Examen souvent normal si salpingite débutante (une écho négative n’élimine pas le diagnostic et ne doit pas faire éviter une coelioscopie exploratrice).
Peut montrer au début une trompe à paroi épaissie avec hypervascularisation en doppler couleur, mieux vue lorsqu’il existe un épanchement péritubaire.
La lumière tubaire peut ensuite se remplir de pus (pyosalpinx) liquidien échogène avec persitance d’un renforcement postérieur sauf si présence de gaz. La forme allongée de cette collection, son diamètre progressivement croissant, son orientation vers l’arrière et le bas par rapport à l’utérus ainsi que la présence de septa (et non de cloison complète) permettent de la différencier des autres collections pelviennes.
Graisse périphérique pelvienne infiltrée hyperéchogène.
Peuvent s’associer :
- Une ovarite : ovaire augmenté de taille
- Une endométrite : gaz intracavitaire (bulles hyperéchogènes atténuantes)
- Une périhépatite de Fitz Hugh Curtiss : épanchement intrapéritonéal périhépatique (Morrisson)+ ou- adhérences, capsule de Glisson épaissie

HYDROSALPINX: Structure annexielle dilatée à contenu liquidien anéchogène (ou discrets échos), uni ou bilatérale.
Sa forme allongée, son diamètre progressivement croissant, son orientation vers l’arrière et le bas par rapport à l’utérus ainsi que la présence de septa (et non de cloisons complètes au sein du liquide) permettent d’affirmer son origine tubaire.
Aspect caractéristique en « rayons de roue » des replis tubaires en coupe transversale.
Ovaire normal bien visualisé (pour différencier d’une lésion kystique ovarienne).
A différencier des structures veineuses normales ou pathologiques (varice) grâce au doppler couleur.


TDM

Hématosalpinx : Masse annexielle hyperdense spontanément, avec prise de contraste hétérogène + ou – hémopéritoine.

Salpingite - Pyosalpinx : Souvent normale.
Peut montrer des trompes dilatées à contenu liquidien, à paroi épaisse prenant fortement le contraste, la plupart du temps de façon bilatérale. La présence d’air intra tubaire est pathognomonique de pyosalpinx (en dehors de manœuvre endocavitaire récente). Infiltration de la graisse adjacente.

Hydrosalpinx : Structure annexielle souvent bilatérale, de contenu liquidien hypodense, tubulaire serpigineuse, de diamètre augmentant en se rapprochant de l’ovaire (ce dernier étant normal). Parois fines de rehaussement modéré.

IRM

Hématosalpinx : Idem TDM

Salpingite - Pyosalpinx : Si contenu liquidien, signal T1 hypo à intermédiaire, signal T2 intermédiaire à hyper. Paroi épaissie fortement réhaussée.
Si ovarite associée : gros ovaire de signal et de réhaussement hétérogènes.

Hydrosalpinx : Contenu liquidien :
- pur : en HypoT1, HyperT2
- protéique : T1 intermédiaire ou HyperT1, T2 intermédiaire ou HyperT2.
Parois fines avec des septas simulant des cloisons: l’étude des différentes coupes en T2 dans les trois plans montre qu’il n’y a pas de véritable cloison complète et qu’il s’agit de la lumière d’une seule structure (à la différence d’une lésion kystique multiloculaire cloisonnée).

CAT

Salpingite - Pyosalpinx :
- Retrait du DIU.
- Antibiothérapie.
- Drainage chirurgical ou percutané (en l’absence de doute sur un cancer gynéocologique associé en postménopause) si abcès associé.
- Surveillance et bilan d’infertilité si nécessaire

Hydrosalpinx : Chirurgie si infertilité.

Diagnostics Différentiels

Kyste paratubaire (ou paraovarien)
Pseudokyste péritonéal
Grossesse Extra Utérine
Torsion d’annexe
Kyste ovarien hémorragique
Abcès péri sigmoidien ou autre origine
Actinomycose
Endométriome
Appendicite aigue pelvienne
Varices pelviennes